Sucré salé

Petites filles 3
****
Le sucré pour tous ces moments bien souvent improvisés, les fous rires, les glaces-gauffres chez Judici, les retrouvailles, les repas en famille dans le jardin, le sourire et les yeux bleu-océan d’Owen, ses bisous si spéciaux, le berlingot de Lucille, le délicieux poulet au citron confit de Myriam, les siestes de l’après-midi, le roman de Delphine de Vigan que je n’arrivais pas à lâcher, les résonances dans ma propre vie.

Le salé pour l’océan, le vent, le sel dans les cheveux, les longues marches sur le sable, les balades le soir à lire et relire le nom des rues et des maisons, le sublime coucher de soleil quand je n’avais pas mon appareil, la fracture du chien de ma mère et la facture qui va avec, l’amertume quand vient la fin.

Je ne peux pourtant pas résumer ces quelques jours à Soulac avec ces simples mots.
Il m’est bien difficile de décrire le sentiment de liberté retrouvé là bas.

Je marchais dans ces rues qui conduisent toutes jusqu’à la plage, en égrenant un chapelet de souvenirs auxquels venaient s’ajouter les émotions présentes. Puis je faisais une sorte de tri, je ne voulais garder que la douceur, la chaleur, tout ce qui m’était positif.

Je me souviens également d’une marche nocturne sur la plage un soir de pleine lune et ce sentiment de plénitude que j’ai ressenti. J’observais, en marchant dans l’eau, tout un tas d’émotions contradictoires et je finissais par lâcher prise, car il y en avait trop et surtout je ne pouvais rien en faire . A quoi bon toujours tout contrôler ?

Je décidais donc de baisser les armes, comme n’importe quel château de sable à marée montante.
Me laisser traverser sans avoir peur, ni juger ni regretter.
Vivre tout simplement.

Les traces de tous ces moments resteront en moi comme des empreintes.
Tout comme l’océan finit par ramener toutes sortes d’objets sur le sable, ces doux souvenirs remonteront bien un jour ou l’autre à la surface !
Petites filles océan

Read more…

Rendez-vous sur Hellocoton !