Couleur pourpre


Me revoici avec une nouvelle tenue à vous montrer sous le soleil. J’ai décidé de faire plus de photos de looks, ça vous plaît je pense, et puis moi ça m’amuse, donc tout le monde y trouve son compte. Je suis surtout contente d’avoir plus de temps pour le blog, puisque j’ai quelques après-midi de libres et avec cette luminosité c’est un régal de prendre des photos pour le blog.

J’ai déniché cette jolie tunique au Monoprix, et j’ai découvert en même temps la marque « Papourtous » puisque c’est une collaboration avec Monop. C’est une très jolie marque qui fait de très jolis maillots de bain pour femmes et enfants, des sacs de plage et pleins de jolis accessoires.
Ça c’est une sortie de bain au départ. Mais j’ai bien l’intention de l’utiliser au delà de la sortie de bain car elle est vraiment très agréable à porter et sa couleur est sublime. Là j’ai eu envie de la porter telle qu’elle, un peu comme une Djellaba, pour avoir une totale liberté de mouvement, ce que j’aime particulièrement quand je porte un vêtement.

Read More

Rendez-vous sur Hellocoton !

Dans ma rue


Je sens que je suis la reine des titres pourris et qu’avec celui-ci je fais très fort, mais bon j’assume, il faut bien.
Vous m’excuserez aussi pour mon absence, faut que je vous fasse un mot la prochaine fois.
Sinon quoi de neuf, à part que ça y est, il fait chaud, et on profite bien des douces soirées d’été et des chaudes journées aussi (quelle poète).
Comme je vous devais bien quelques photos, je suis partie dans une rue du quartier que j’aime beaucoup, très calme, très fleurie, avec mon pied d’appareil sous le bras pour me faire le portrait. Drôle de truc un peu narcissique, qui amuse beaucoup les passants, et moins les automobilistes quand je me place en plein milieu de la route …

Read More

Rendez-vous sur Hellocoton !

Les beautés endormies


J’ai trouvé cette expression très drôle en lisant mon journal gratuit dans le tram la dernière fois
( on s’éclate comme on peu dans le tram, hein).
Ils parlaient des sleeping beauties de la science pour évoquer des découvertes scientifiques importantes qui n’avaient pas été reconnues au moment clé de leur découverte, mais des années après, un peu par hasard je dirais.
Donc ces découvertes étaient en quelque sorte des belles au bois dormant, qui attendaient le baiser d’un scientifique pour être enfin révélées et surtout utiles. (Un des textes d’Albert Einstein a ainsi sommeillé pendant presque 60 ans).
On en apprend des choses dans les journaux gratuits.
Mais je m’égare un peu, le sujet est bien plus futile aujourd’hui.
Je vous parle aujourd’hui des sleeping beauties qui dormaient gentiment dans mon armoire et attendaient le soleil pour enfin être portées, comme cette petite blouse fleurie par exemple !
Et puis du coup, je montre ma petite pomme par ici, ça faisait longtemps, mais que voulez-vous l’été arrive … et je suis aussi occupée professionnellement parlant : Je fais un STAGE ( réplique des inconnus, ndlr). Je vous embrasse et je vous dis à très vite, portez vous bien !

Read More

Rendez-vous sur Hellocoton !

17 ans


Avoir 17 ans et penser qu’on a toute une vie pour concrétiser ses rêves. On est peut-être un peu naïf, mais c’est ça qui fait notre charme à 17 ans. J’ai toujours fait plus jeune que mon âge, et ces photos ne font pas exception. Je me rappelle de ces vacances dans le sud, comme si c’était hier. C’était pendant les vacances de printemps, l’année de ma terminale. On était partis passer des vacances à Cap d’Ail, dans un petit studio avec une jolie piscine, ma mère, ma soeur et moi. C’était le grand luxe pour nous car on partait peu ensemble. J’ai toujours aimé la Méditerranée car ses vagues ont bercé mon enfance et au mois d’avril il faisait déjà bien beau là bas.
Je me rappelle de ce legging à fleurs que j’ai traîné toute cette année de terminale, je l’adorais et cette veste bleue ciel aussi. Nous avions repéré ce restaurant au bord de la plage à l’odeur du poisson grillé, et nous y avions dégusté la spécialité, une dorade, avec un peu de vin blanc pour ma mère. Mais je me souviens qu’au moment de payer, ma mère regarde dans son sac et ne trouve pas son portefeuille. Ça nous avait fait marrer parce qu’il fallait grimper sec pour aller le chercher ! Elle l’avait laissé à l’appartement tout en haut du village. Et c’est moi qui m’y suis collée, je me souviens que j’avais chaud en grimpant, mais que ça sentait divinement le chèvrefeuille. Ceux qui connaissent le coin savent que Cap d’Ail est très escarpé. Mais je marchais vite car je ne voulais pas faire trop attendre ma mère dans cette situation. J’avais encore mes longs cheveux à 17ans, et un sourire insouciant.

Read More

Rendez-vous sur Hellocoton !
1 2 3 4