Serge et Jane

Je me suis réveillée avec un air de Gainsbourg dans la tête ! D’où ce billet sur Jane et Serge qui représentent pour moi un sacré couple. Ce serait intéressant d’analyser cet échange qui peut exister entre deux êtres, échange d’amour mais aussi d’inspiration. Force contre faiblesse et vice versa. Je pense que Serge sans Jane aurait été bien plus malheureux, elle a été son soleil, lui a donné sa première fille, et quelle fille, lui a apporté un certain équilibre. Et Jane sans Serge n’aurait peut être pas eu autant de succès, ne serait pas devenue une icône, celle qu’on aime aujourd’hui. On en sait rien, mais on devine à quel point ces deux là se sont trouvés pour un moment de leur vie. Ce n’est bien sûr pas le seul exemple, il y en des tas ! Mais ce petit billet modeste est là pour leur dire que je les aime, j’aime ce qu’ils ont fait ensemble, même si ça n’a pas été toujours rose. Et je ne me lasse pas des paroles et de la musique de Serge Gainsbourg. J’ai grandi avec et elles m’accompagnent encore aujourd’hui.

Note : je ne connais pas l’auteur de cette photo magnifique, mais merci de me tenir informée si vous le connaissez.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une Pirate au grand Coeur


*************
Hier soir, 20h30 tapante, nous étions devant le petit théâtre Femina rue de Grassi à Bordeaux, appareil photo en bandoulière pour aller écouter Béatrice Martin, plus connue sous son nom de scène Coeur de Pirate. Vite fait bien fait, on se voit confisquer notre appareil, dommage j’avais envie d’immortaliser ce moment, mais je comprends qu’une dizaine de flashs crépitant en plein concert, ça le fait moyen.

On entre dans la salle de théâtre, ça fait toujours plaisir les jolies salles, celles qui ont vécu. Je reconnais les strapontins rouges élimés. Et dire que j’y ai donné un spectacle de danse ou plutôt une comédie musicale il y a, voyons, je ne sais combien d’années, ça me fait tout drôle de regarder vers la scène. Gros brouhaha, les strapontins se remplissent, les hôtesses placent les retardataires, on attend. Puis la lumière s’éteint, une silhouette s’avance dans le noir vers le piano. Elle ne dit rien et se met à jouer très simplement.

Elle ne chante pas encore, il n’y a qu’elle et son piano et ces notes qui nous bercent dès le début. C’est un plaisir de la regarder jouer, je ressens sa force mêlée à une grande sensibilité. Au dessus d’elle un décor de lumière tout simple, on dirait un berceau. La musique continue de m’envelopper, puis on entend sa voix. Entendre la voix d’un artiste en vrai m’a toujours impressionné, je ne sais pas pourquoi. Je ne connais pas les premiers morceaux qu’elle chante, mais peu importe, je suis bercée.

Puis elle prend la parole et explique que cette tournée est un peu particulière pour elle, c’est une tournée solo, un concert intimiste dans sa plus simple expression, une voix, un piano. Le public a l’air d’aimer. On l’accompagne aussi un peu timidement. On n’ose pas faire trop de bruits avec nos mains, on a envie de l’écouter elle.

Viennent les mélodies plus connues, abordées très simplement et qui nous touchent. Puis elle s’avance et prend une guitare. Elle s’excuse d’avance en disant qu’elle apprend et n’est pas sûre du résultat. Elle est touchante là encore avec sa voix et sa guitare, nos tapes dans les mains la perturbe, elle s’arrête et reprend.

Le concert touche à sa fin, on n’a pas vu le temps passer, on pourrait l’écouter jouer des heures. Un dernier Comme des enfants, la chanson la plus obscure -dit elle- de son répertoire, mais que l’on aime tellement et que l’on chante à ses côtés, et le petit bout de femme aux tatouages de pirate quitte la scène, dans un sourire.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Paroles


Quand j’écoute plus attentivement les paroles de Souchon, je tombe des nues, c’est vrai son texte est super travaillé et tellement vrai. Et dire que j’écoutais déjà Souchon à 6 ans !
Je vous donne des exemples, comme ça vous pouvez faire des karaokés, hé, hé !! Je trouve même qu’on pourrait en faire des sujets intéressants au baccalauréat !

Ça se passe boulevard Haussemann à 5 heures, elle sent venir une larme de son coeur.
D’un revers de la main, elle efface, des fois on sait pas bien ce qui se passe.
Pourquoi ces rivières soudain sur les joues qui coulent ?
Dans la fourmilière, c’est l’ultra moderne solitude.

Oh là là la vie en rose
Le rose qu’on nous propose
d’avoir les quantités de choses
qui donnent envie d’autres choses
Allez on nous fait croire,
que le bonheur c’est d’avoir,
d’en avoir plein les armoires !

Tout au long de la vie qui pique, on prend des baignes
à vouloir toucher les filles électriques, des sacrées châtaignes,
On s’ retrouve couché par terre, l’effet uppercut,
Les filles sans en avoir l’air ça électrocute.

Passez votre amour à la machine,
faites le bouillir pour voir si les couleurs d’origine peuvent revenir,
Est ce qu’on peut ravoir à l’eau de javel, les sentiments,
la blancheur qu’on croyait éternelle avant;
Pour retrouver le rose initial de ta joue devenue pâle
Le bleu de nos baisers du débuts, tant d’azurs perdus.

Rendez-vous sur Hellocoton !