Lou


Il fait gris, froid, moche, pluvieux, le printemps n’est pas loin mais pas vraiment là.
J’ai LE REMÈDE pour vous : regardez le film coloré, drôle, décalé, kitsch, LOU Journal Infime, vous passerez un bon petit moment j’en suis sûre ! Adapté de la série de BD Lou et réalisé par Julien Neel qui n’est autre que l’auteur de la BD, ce film est un peu un ovni.
J’ai eu beaucoup de mal à reconnaître Ludivine Sagnier dans le rôle de la mère tellement elle est à contrepied de ses rôles habituelles, et même Nathalie Baye dans le rôle de la grand mère acariâtre qui est excellente ! J’ai adoré regarder chaque détail des décors du films qui sont juste géniaux. Certaines répliques sont très croustillantes aussi et nous ont bien fait rire !
Je ne vais pas vous raconter l’histoire car elle est assez basique, mais le film lui ne l’est absolument pas : il est comme un petit chamalow (ou un macaron) que l’on déguste qu’on en a un peu le cafard et qui nous remonte aussitôt le moral !

Read More

Rendez-vous sur Hellocoton !

Blackfish


Voici un sujet qui me tient énormément à coeur, et dont j’avais envie de vous dire quelques mots.
Vous avez sûrement entendu parler du documentaire Blackfish réalisé par Gabriela Cowperthwaite qui est sorti aux USA début 2013 et qui a fait l’effet d’une bombe dans l’industrie des parcs aquatiques SeaWorld ! Cette bombe ne va cesser de grossir puisque le documentaire est en passe de sortir en Europe, et notamment en France le 29 juin prochain sur Arte, que beaucoup de monde commence à prendre conscience de la souffrance des cétacés vivants en captivité, et souhaitent donc la fermeture définitive de ces parcs ainsi que l’arrêt de ces spectacles aquatiques ridicules.

Read More

Rendez-vous sur Hellocoton !

Coup de coeur Cinéma


♥ La vie d’Adèle ➔ Coup de coeur pour ce film que j’ai enfin fini par oser regarder !!! Heureusement car je serais passée à côté d’un film magnifique sur l’amour ou plus exactement la passion du premier grand amour ! C’est vrai qu’il y a eu beaucoup de polémiques sur ce film qui m’avaient un petit peu refroidie malgré le fait qu’il ait obtenu la palme d’or. C’est vrai aussi qu’il dure 3 heures et que certaines scènes un peu crues paraissent bien longues. Mais le résultat c’est qu’on ne voit pas le temps passer tellement on est pris dans cette histoire. En réfléchissant quelques heures après avoir vu le film à ce qui m’avait plu dedans, je me suis dit que la mise en scène y était pour beaucoup. Cette impression de vivre aux côtés d’Adèle est dûe au fait que la majeure partie des plans sont ultra resserrés. Du coup on zappe complètement la caméra et on a la sensation étrange de faire partie du film, d’être juste à côté des personnages. Mais si cela fonctionne aussi bien c’est que le jeu des 2 actrices est impeccable, fascinant même ! La vie d’Adèle n’est pas un film c’est une histoire qu’on a l’impression d’être en train de vivre.

La vie d’Adèle : ➔ chapitres 1 & 2, Abdellatif Kechiche

La Vie d’Adèle – Scène de l’anniversaire (extrait)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bordeaux, jaune, bleu


Ceux qui me connaissent un peu savent que j’aime les couleurs ! Un de mes peintres préférés est Matisse, et je pourrais rester des heures dans un musée à regarder les couleurs qu’il a utilisées pour chaque toile. Je me rappelle aussi d’un jour au Maroc où j’ai voyagé en bus alors que le soleil se couchait, je regardais par la vitre les paysages défiler et je suis restée complètement bloquée sur la luminosité et la beauté colorée de ce pays. Ça m’avait touché.

Rares sont les jours où je me balade en noir, même en hiver, parfois même j’abuse un peu et fait des mélanges douteux, mais l’essentiel est que je me sente bien avec ce que je porte !

Avec l’automne je suis aussi servie par les arbres, regardez le jaune doré de ce Gingko Biloba, avec le soleil il illumine le ciel ! Je l’admire tous les jours en passant à vélo, puisqu’il est dans mon quartier, juste derrière l’église St Bruno que j’aime beaucoup d’ailleurs en passant.

Donc pour faire court, quand mon copain a terminé l’écharpe et le bonnet destinés à ma maman, je me suis dit que ce coin serait idéal pour une petite séance photo. C’était une journée de froid sec bien ensoleillé, un dimanche en plus, une journée parfaite !

Read More

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tricot the chez Mademoiselle C


Aujourd’hui je reviens avec un article en lien avec le tricot certes, mais surtout en lien avec l’échange, la détente et les moments agréables ! J’ai envie de partager avec vous ce petit échantillon de l’univers de Mademoiselle C, alias Caroline, qui organise une fois par mois dans son atelier à Bordeaux, une petite réunion afin d’échanger autour de sa passion pour le tricot.

Chacun peut bien sûr y amener son ouvrage en cours, on y déguste un bon thé et surtout on tricote et on discute. On admire aussi ses 2 magnifiques chats qui viennent nous accueillir gentiment et son jardin à travers la véranda. Comme je vous le disais, ce qui me plaît avant tout dans ce principe c’est l’échange et l’ouverture, car on y parle couleurs, teintures végétales, choix des laines, techniques de tricot, mais aussi littérature et décoration. L’ambiance est très cosy, posée et chaleureuse !

Read More

Rendez-vous sur Hellocoton !

Blue snood


Décidément nous sommes pas mal obsédés par cette couleur bleue intense en ce moment, enfin surtout le tricoteur qui n’arrête pas de commander des pelotes bleues. Voici notre premier snood, on l’a voulu pas trop volumineux, aéré, et à torsades. Alors le voici porté, tout chaud, tellement agréable qu’on voudrait partir au boulot avec … mais non il filera dans la boutique. Je vous l’assure pour l’avoir porté quelques minutes lors de la séance photos, il sera très facilement adopté cet hiver ! Et on a très envie de lui donner des frères et soeurs de couleurs.

Read More

Rendez-vous sur Hellocoton !

Serge et Jane

Je me suis réveillée avec un air de Gainsbourg dans la tête ! D’où ce billet sur Jane et Serge qui représentent pour moi un sacré couple. Ce serait intéressant d’analyser cet échange qui peut exister entre deux êtres, échange d’amour mais aussi d’inspiration. Force contre faiblesse et vice versa. Je pense que Serge sans Jane aurait été bien plus malheureux, elle a été son soleil, lui a donné sa première fille, et quelle fille, lui a apporté un certain équilibre. Et Jane sans Serge n’aurait peut être pas eu autant de succès, ne serait pas devenue une icône, celle qu’on aime aujourd’hui. On en sait rien, mais on devine à quel point ces deux là se sont trouvés pour un moment de leur vie. Ce n’est bien sûr pas le seul exemple, il y en des tas ! Mais ce petit billet modeste est là pour leur dire que je les aime, j’aime ce qu’ils ont fait ensemble, même si ça n’a pas été toujours rose. Et je ne me lasse pas des paroles et de la musique de Serge Gainsbourg. J’ai grandi avec et elles m’accompagnent encore aujourd’hui.

Note : je ne connais pas l’auteur de cette photo magnifique, mais merci de me tenir informée si vous le connaissez.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Frances Ha


Vu hier soir, Frances Ha est encore un film qui marque, qui questionne, et surtout qui donne la patate en sortant ! Je me suis tellement retrouvée en elle par moment. C’est gai, drôle, pétillant et c’est tellement la vie. Courez, filez le voir au cinéma, il vaut vraiment le coup !
Et Greta Gerwig (que j’ai découverte dans ce film) est une sacrée actrice !

Read More

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laurence Anyways


Il fait tout gris, il pleut, il fait même presque froid, c’est un temps propice au cinéma ! Faut bien trouver des avantages aux situations. Vu hier soir, confortablement calée sous ma couette, le film tout aussi étrange que beau, Laurence Anyways. Je vois beaucoup de films car j’aime le cinéma, et même si souvent je passe un très bon moment, j’en parle rarement car j’aime parler des films qui me bouleversent et me font réfléchir, et finalement ce n’est pas si fréquent.

Read More

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une Pirate au grand Coeur


Hier soir, 20h30 tapante, nous étions devant le petit théâtre Femina rue de Grassi à Bordeaux, appareil photo en bandoulière pour aller écouter Béatrice Martin, plus connue sous son nom de scène Coeur de Pirate. Vite fait bien fait, on se voit confisquer notre appareil, dommage j’avais envie d’immortaliser ce moment, mais je comprends qu’une dizaine de flashs crépitant en plein concert, ça le fait moyen.

On entre dans la salle de théâtre, ça fait toujours plaisir les jolies salles, celles qui ont vécu. Je reconnais les strapontins rouges élimés. Et dire que j’y ai donné un spectacle de danse ou plutôt une comédie musicale il y a, voyons, je ne sais combien d’années, ça me fait tout drôle de regarder vers la scène. Gros brouhaha, les strapontins se remplissent, les hôtesses placent les retardataires, on attend. Puis la lumière s’éteint, une silhouette s’avance dans le noir vers le piano. Elle ne dit rien et se met à jouer très simplement.

Elle ne chante pas encore, il n’y a qu’elle et son piano et ces notes qui nous bercent dès le début. C’est un plaisir de la regarder jouer, je ressens sa force mêlée à une grande sensibilité. Au dessus d’elle un décor de lumière tout simple, on dirait un berceau. La musique continue de m’envelopper, puis on entend sa voix. Entendre la voix d’un artiste en vrai m’a toujours impressionné, je ne sais pas pourquoi. Je ne connais pas les premiers morceaux qu’elle chante, mais peu importe, je suis bercée.
Puis elle prend la parole et explique que cette tournée est un peu particulière pour elle, c’est une tournée solo, un concert intimiste dans sa plus simple expression, une voix, un piano. Le public a l’air d’aimer. On l’accompagne aussi un peu timidement. On n’ose pas faire trop de bruits avec nos mains, on a envie de l’écouter elle.

Viennent les mélodies plus connues, abordées très simplement et qui nous touchent. Puis elle s’avance et prend une guitare. Elle s’excuse d’avance en disant qu’elle apprend et n’est pas sûre du résultat. Elle est touchante là encore avec sa voix et sa guitare, nos tapes dans les mains la perturbe, elle s’arrête et reprend.

Puis le concert touche à sa fin, on n’a pas vu le temps passer, on pourrait l’écouter jouer des heures. Un dernier Comme des enfants, la chanson la plus obscure -dit elle- de son répertoire, mais que l’on aime tellement et que l’on chante à ses côtés, et le petit bout de femme aux tatouages de pirate quitte la scène, dans un sourire.

Image de prévisualisation YouTube Rendez-vous sur Hellocoton !

J’aime lire


Petit clin d’oeil aux j’aime lire que je dévorais plus jeune … (avec les Belles histoires).
Décidément ne plus écrire ici me coûte plus que ce je ne pensais, c’est ma petite fenêtre virtuelle et l’enlever, c’est réduire mon espace. Et puis je n’aime pas vous laisser trop longtemps. Alors, même si c’est moins régulier qu’avant, je vais continuer un peu ! Je ne vous raconte pas les péripéties que nous avons eues hier soir, mais ce que je peux vous dire c’est que la vie réserve bien des surprises, des situations cocasses, des moments où même sans voyager, on vit de grandes aventures !

Ce soir, je vais rester dans le mystère et l’énigme, puisque j’ai choisi de vous parler de l’excellente BD de Fred Bernard, La patience du tigre, une aventure de Jeanne Picquigny. Difficile de résumer l’histoire en quelques lignes, surtout que ce ne n’est pas mon point fort, mais je vais vous dire ce que j’ai aimé dans ce livre : Les dessins, en noir et blanc. J’aime beaucoup comment les personnages sont dessinés, leurs expressions, et Fred Bernard a le soucis du détail, que ce soit pour les paysages, les décor, je pourrai rester des heures sur une image à regarder les détails. Je dois même avouer qu’avec cette BD, j’ai fait durer le plaisir, j’essayais ne pas trop en lire d’un coup.

Read More

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pelotes guimauves et bonnets Alpaga


Je me suis amusée à empiler ces jolies pelotes pour en faire un petit mur de laine complètement guimauve ! ( hors contexte, elle ne veut pas dire grand chose cette phrase) Mais pendant ce temps, mon copain tricote, tricote, et progresse à vitesse grand V. Il s’est lancé, et a confectionné ses 2 premiers bonnets en laine d’Alpaga, que nous ne quittons plus, tellement ils sont chauds, confortables et tellement doux ! Si doux que je voudrais bien un énorme pull en Alpaga !! Ou des chaussettes longues tiens  …

Et la bonne nouvelle, c’est qu’après avoir gâté nos proches, nous souhaitons ouvrir une boutique, où vous pourrez, vous aussi, profiter de nos créations : bonnets, différentes créations en laine, avec la possibilité de réaliser des commandes personnalisées (choix de la laine, coloris, formes, pompons, etc…) Qu’en pensez-vous vous ? We can stay warm and chic ; -)

Read More

Rendez-vous sur Hellocoton !

★ Box My Home Factory + concours !


Je pense que vous connaissez tous le principe des Box, je n’en avais, pour ma part, jamais testées. Quand les créateurs de de My Home Factory m’ont contacté pour me présenter leur nouveau projet, j’ai eu envie de tester cette box spéciale DIY car je ne suis pas très experte en DIY, mais j’ai de plus en plus envie de m’y mettre. Seulement voilà, quand on n’a pas très confiance en son potentiel de bricoleuse, on peut rester au stade du rêve et ne jamais essayer ! C’est en cela que je trouve l’idée de My Home Factory très bonne. Le principe est simple, tous les 2 mois, My Home Factory vous propose une Box surprise contenant tout le matériel pour réaliser des DIY, guidé par les tutoriels que l’on peut trouver sur leur site. Leur présentation, comme vous le voyez sur les photos, est extrêmement soignée, le petit pot de colle (qui sent aussi bon que la colle Cléopatra, souvenez-vous ..), on le mangerait tellement il est mignon. J’insiste sur le fait que tout le matériel nécessaire à la réalisation des DIY est présent dans la Box, donc pour les débutantes qui n’ont ni colle, ni pince à collier, c’est vraiment l’idéal.

Read More

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un peu de lecture

Photobucket
Pour une fois ce n’est pas d’un photographe dont je souhaite vous parler mais de l’un des plus grands connaisseurs actuels des galaxies, un astrophysicien passionné mais surtout bouddhiste, qui nous explique que la science n’est pas incompatible avec le bouddhisme. J’ai lu l’interview de Trinh Xuan Thuan cet après-midi dans un vieux numéro du magasine Psychologies et j’ai tellement aimé ses réponses que j’ai décidé de vous en noter des extraits. J’espère que ça plaira à certains curieux. Sinon je pars une semaine en vacances dans le sud-ouest mercredi et je reviens très vite avec des photos ! Bises

Psychologies : Dans votre dernier ouvrage, Le Cosmos et le Lotus, vous citez Einstein, qui disait déjà que s’il y avait une religion en accord avec la science moderne c’était le bouddhisme …

Trinh Xuan Thuan : Oui (…) je prends un exemple, en science, on sait que la lumière peut être à la fois particule et onde. Mais comment être une chose et une autre en même temps ? Cela paraît impossible pour la pensée occidentale, alors que la pensée bouddhiste le conçoit sans difficulté : puisqu’il n’y a pas d’existence en soi, figée, je peux être une chose et son contraire.

P : Tout bouge, tout change, c’est cela ?

T. X. T : Oui c’est l’impermanence, concept de base dans le bouddhisme mais que l’on peine à envisager ailleurs, notamment dans la science occidentale. Ainsi celle-ci a longtemps pensé que le ciel était fixe, suivant ce qu’on appelle l’immuabilité aristotélicienne : étant du domaine des dieux et les dieux étant parfaits, le ciel doit l’être aussi. Or comment changer ce qui est parfait ? Le ciel, donc, doit être statique, éternel. Il aura fallu attendre Copernic, en 1543, pour admettre son impermanence. De même vous pensez sans doute qu’en ce moment nous sommes assis ici sans bouger ? Grâce à la science, je peux vous affirmer qu’en même temps que je vous parle, la Terre nous entraîne à une vitesse de 30 km/s autour du soleil, qui tourne lui même autour du centre de la Voie lactée, qui tourne elle même à 90 km/s.

P : Donc de votre point de vue de scientifique, le karma existe ?

T.X.T : C’est mon avis de bouddhiste plus que de scientifique, car cela ne relève pas de mon champs d’étude. Mais il est certain que lorsque j’entends des neurobiologistes affirmer que si l’esprit meurt, la matière meurt aussi, je n’y croit pas. Ou plutôt, je parie que non. L’amour que vous ressentez pour votre enfant ne serait que l’effet de courants chimiques ou électriques ? Le sentiment de beauté ne serait qu’une affaire d’électrons ? Moi je parie que l’esprit est différent de la matière et que, lorsque votre corps meurt, votre esprit s’échappe, et si vous êtes toujours pris dans le cycle des renaissances, se réincarne. Le but étant de sortir de ce cycle et de ne plus renaître. Cela me semble d’autant plus probable que, depuis le Bouddha, personne n’a pu, en une vie, atteindre l’éveil.

Je vous laisse avec un extrait de La page blanche de Pénélope Bagieu et Boulet, que j’ai vraiment adoré, c’est très drôle et attachant et je kiffe ses dessins !

Sources : Psychologies magasine de novembre 2011 et photo tirée de La page blanche de Boulet et Pénélope Bagieu.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une vie meilleure

Photobucket

Je sors juste de la salle de cinéma et j’avais envie d’écrire mes impressions à chaud, chose que je n’ai jamais faite jusqu’à présent, car loin de moi l’idée d’écrire une vraie critique, je n’ai pas cette prétention, j’ai juste envie de vous dire ce que j’ai ressenti pendant cette séance. Et j’ai envie de vous le dire tout de suite, j’ai vraiment beaucoup aimé ce film, j’ai ri, j’ai presque pleuré, j’ai été émue et je n’ai pas décroché une seul instant tellement j’ai été happée par le combat que mène Yann -interprété par Guillaume Canet, remarquable dans ce film- pour s’en sortir.

L’histoire est très simple, Yann et Nadia amoureux décident de se lancer dans un projet de restaurant, et se retrouvent très vite dans une situation de surendettement. Le rêve d’entrepreneur se brise rapidement et Nadia est contrainte d’accepter un emploi à Montréal. Elle confie donc provisoirement son fils Slimane à Yann, puis disparaît complètement et ne donne plus de nouvelles.

On pourrait classer ce film dans la catégorie des drames sociaux car il évoque la crise économique et la difficulté de réussir sa vie, même si je trouve que finalement le sujet est bien plus vaste que cela et touche à une notion d’humanité, un thème que l’on retrouve beaucoup dans les films anglais du même genre.

Ce que j’ai aimé dans ce film, et qui est dû en grande partie à l’interprétation très juste de Guillaume Canet, et du petit garçon qui joue Slimane, c’est que même lorsque l’on pourrait croire que la situation est désespérée et qu’il n’y a plus de solution, Yann continue d’y croire et d’avancer coûte que coûte, comme un boxeur qui encaisserait des coups. Car il s’agit bien d’un combat pour une vie meilleure, un combat contre les aberrations de la société qui ne cesse d’écraser les plus faibles et les plus démunis, un combat pour vivre sans enterrer ses rêves et ce qu’il y a de vivant en chacun de nous.

J’ai beaucoup aimé les scènes de relation entre Yann et Slimane, dures au début, mais yann joue malgré tout son rôle de père, et leur relation devient très vite complice et émouvante.

Puis tout bascule à la fin, Yann comprend qu’il ne s’en sortira jamais de manière complètement légale, et doit donc trouver une solution plus radicale pour se dégager de cette impasse et permettre à Slimane de retrouver sa mère.

Je vous recommande ce film, car je le trouve juste et utile, il réveille en nous l’énergie et le courage de croire que même au fond du gouffre il y a toujours une solution.

Photobucket

Une vie meilleure, un film de Cédric Kahn avec Guillaume Canet, Leïla Bekhti et Slimane Khettabi, (durée 1h50).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Murmurer à l’oreille des chevaux

 

Photobucket

Je m’intéresse de plus en plus à la psychologie, car cela peut aussi être mis en relation avec la philosophie bouddhiste. Je crois que nous avons tous besoin d’aide à un moment ou un autre de notre vie, de clarifier certaines choses, de rencontrer nos peurs et de savoir qui l’on est vraiment, c’est à dire notre mode de fonctionnement.

Quand on parle d’inconscient, on parle aussi d’instinct.
J’ai envie d’aborder le thème des relations que l’on peut avoir avec nos amis les animaux.
Il est bien connu que le ronron d’un chat nous apaise et la présence d’un chien nous rassure.
Cela agit sur des zones inconscientes, instinctives, desquelles notre vie moderne, énormément basée sur le côté intellectuel des choses, nous éloigne.
Les animaux parlent un langage très simple et lisent à travers nos émotions.

C’est d’ailleurs pour cette raison que le film de Robert Redford, » l’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux » m’a tant plu. Comment une jeune fille, brisée par une chute de cheval, arrive à s’en sortir et découvre ses peurs, grâce à son cheval, terrorisé lui aussi. Le film montre à quel point nous pouvons nous entêter dans la souffrance ou le refus de dépasser certaines craintes et à quel point notre relation avec un cheval ou un animal en général, peut nous transformer car nous ne pouvons pas tricher avec lui.

Read More

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le peintre

Photobucket

La peinture ne saisira le mystère de la réalité que si le peintre ne sait pas comment s’y prendre. Francis Bacon.

Photobucket
Photobucket
Photobucket
Photobucket
Photobucket
Photobucket
Photobucket

Il ne s’agit pas de peindre la vie, mais de rendre vivante la peinture, Pierre Bonnard.

PhotobucketPhotobucket

 

La peinture est une poésie qui se voit au lieu de se sentir et la poésie est une peinture qui se sent au lieu de se voir. Léonard de Vinci.

Rendez-vous sur Hellocoton !